Le site officiel

Phénix

LA TROUPE DU PHENIX, UN ESPRIT AVANT TOUT…

Comme toutes les belles aventures, La Troupe du Phénix est née, fin 1994, d’une rencontre, celle de Guillaume CRAMOISAN et Laurent MADIOT.
Leur complicité s’est forgée au Théâtre de la Mare au Diable de Palaiseau (91), où ils ont débuté ensemble. Unis par une formidable envie de jouer et désireux de construire leur propre histoire sans attendre le bon vouloir du destin, les deux comédiens partagent également la volonté de bousculer certains schémas de création, qui leur semblent un peu trop convenus. Ils décident alors de fonder leur propre troupe, à leur image, entrainant amis et proches à leur suite…

C’est ainsi que, l’été 1995, la joyeuse bande part jouer Le Médecin malgré lui de MOLIERE sur les places des villages, sillonnant la France en roulotte, au pas des chevaux… A leur arrivée, ils annoncent aux passants le spectacle du soir par des parades en chansons, à travers les rues… Une aventure humaine très riche et intense, première étape d’un long parcours qui sera plus que tout, une jolie histoire de partage…

En 1996, pour sa seconde tournée d’été, La Troupe du Phénix présente Le Petit Monde de Georges BRASSENS, comédie en musique écrite par Laurent MADIOT autour des chansons de l’artiste. « Le spectacle était bancal, se souvient Guillaume… sans mise en scène, mais le public était au rendez-vous et très enthousiaste ! » (1)

Avec Anne BOURGEOIS, le projet artistique du Phénix s’affine. Alors assistante de Jean DANET, elle entre dans la danse au printemps 1997 pour mettre en scène leur nouvelle création, La Double Inconstance de MARIVAUX. « Je les croisais de temps en temps sous le chapiteau des « Tréteaux de France », raconte Anne. Il y avait quelque chose de simple, d’évident quand Guillaume entrait quelque part. Mais la vraie rencontre s’est passée dans un café du Châtelet où Guillaume m’avait proposé de les rejoindre tous. Ils avaient déjà inclus dans la bande certains musiciens, dont Fred PALLEM. Quand je suis arrivée, le café était sans dessus-dessous. Ils avaient sorti leurs instruments, et c’était un vrai bordel. Leur joie étant contagieuse, les clients étaient aux anges. Je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté de ces gens-là. » (2)
Cette année là, en marge de sa tournée estivale, la Troupe se produit pour la première fois sur une scène parisienne.

En 1998, Laurent MADIOT et Anne BOURGEOIS écrivent une nouvelle version du Petit Monde de Georges BRASSENS, présentée au cours d’une tournée d’été triomphale où chevaux et roulottes ont cédé la place aux voitures anciennes, plus commodes, après la venue de nouvelles recrues. La Troupe fait alors ses premiers pas à l’étranger, et donne quelques représentations en Tunisie.

Fort de son succès grandissant, le Phénix a gagné en maturité et se soude chaque jour davantage. « L’esprit de troupe » est très marqué, chacun écoutant l’autre et le respectant. Chez eux, pas de vedette. « Guillaume engage les acteurs davantage pour ce qu’ils dégagent que pour ce qu’ils savent faire, explique Anne BOURGEOIS. La règle, c’est de savoir mettre ses intérêts personnels de côté pour servir l’intérêt du groupe. Mais chaque individu doit tout de même être continuellement au rendez-vous. » (2)

Troubadours des temps modernes, porteurs de joie, de rêve et d’émotions, ils vont ainsi au devant du public, qu’ils associent pleinement à leur jeu, récréant à chaque escale la magie du théâtre vivant, où se mêlent avec bonheur l’émerveillement et les rires des petits comme des grands… Et lorsque s’achève le spectacle, que fusent les cris et les applaudissements, une véritable « communion » s’est instaurée entre la scène et l’assistance…
Au contact privilégié des spectateurs de ces nuits d’été, le Phénix façonne son style, un univers festif et musical, mais rigoureusement travaillé, qui se nourrit des différences des uns, des exigences des autres, l’engagement collectif et la ferveur contagieuse du groupe faisant par ailleurs l’identité si particulière de ses spectacles… Un esprit avant tout, l’esprit du Phénix, « un  théâtre populaire au sens noble du terme » selon Guillaume. « Rien de racoleur, mais un théâtre de fête, de couleurs, pour tout le monde avec des chansons et de la convivialité… » (3)

En 1999, pour sa 4ème création en tournée estivale, le Phénix choisit La Nuit des Rois de William SHAKESPEARE.
Voilà comment, à l’aube de l’An 2000, La Troupe du Phénix s’est constitué un solide répertoire. D’un statut tout d’abord saisonnier, elle a finit par acquérir une existence permanente. Le défi majeur consistera désormais à maintenir le cap, à poursuivre sur cette belle lancée tout en préservant l’esprit originel du Phénix, qui puise sa singularité dans la richesse de son métissage…

En Juillet 2000, leur première participation au Festival Off d’Avignon avec Le Petit Monde de Georges BRASSENS est une réussite totale, puisqu’ils réalisent la 3è meilleure recette de l’évènement. Faisant jouer cet atout, Guillaume invite alors le Producteur Michel CADEAU, rencontré quelques mois plus tôt, à venir voir le spectacle. Enthousiasmé par leur prestation, celui–ci organise la venue de la Troupe au Théâtre Bobino, à PARIS pour le printemps 2001.

Séduit à son tour, Jean–Claude BRIALY leur ouvre ensuite la scène du Théâtre des Bouffes Parisiens, dont il est le Directeur. « La Troupe du Phénix est composée de comédiennes et de comédiens multicolores, écrit–il. Ils dansent, ils chantent, acrobates bondissants, joyeux, tendres, rapides, sensibles, ils aiment BRASSENS. Ils ont su apprivoiser le moustachu timide, sans lui livrer les griffes. Ils lui rendent avec bonne humeur son espièglerie, sa jeunesse… Merci à la Troupe du Phénix d’être la bonne fée de cette aventure.« 
Là encore, ils font salle comble. Mais pour Guillaume, la véritable consécration consiste à jouer devant des gens heureux. De ce franc succès remporté sur de grandes scènes Parisiennes il dit alors : « Plutôt qu’une consécration, c’est un clin d’œil plein d’insolence que d’être arrivés où nous sommes aujourd’hui… » (1) « … parce que personne n’aurait misé un kopeck sur cette troupe-là, précisera–t–il dix ans plus tard, en évoquant ce souvenir. On n’avait rien… C’était vraiment une troupe de jeunesse, qui a toujours grandi et fait les choses sans subvention. En apparence, on était une bande de déconneurs, mais on travaillait dur, sans jamais se prendre au sérieux, seulement avec l’envie des uns et des autres, avec la joie et l’insouciance de nos 25-30 ans… » (4)

Le Phénix présente en 2002 une adaptation de Splendeur et Mort de Joaquin MURIETA d’après Pablo NERUDA. Leur ultime création intitulée Un et Un FEYDEAU, en 2006, est inspirée de « L’hôtel du libre échange » par Georges FEYDEAU.
Jusqu’en 2006, La Troupe du Phénix donne des représentations régulièrement, mais au fil du temps, avant que ne s’installe une routine qu’elle a toujours voulu fuir, elle se fait de plus en plus discrète, jusqu’à cesser finalement toute activité…

Et voilà que début 2013, Guillaume annonce une nouvelle création en cours de préparation… Le P’tit Monde de Renaud. Il s’agit d’un spectacle de Théâtre Musical donnant vie aux personnages bien connus des chansons de Renaud SECHAN (Gérard LAMBERT, Lucien, Manu, Pépette, La Doudou, le Beauf…).
Présentée au Festival OFF d’AVIGNON du 05 au 27 Juillet 2014 – Collège de la Salle/Théâtre du Préau – la pièce est ensuite jouée en automne à COIGNIÈRES (78) et CÉBAZAT (63).
Puis, fin Janvier 2015, La Troupe du Phénix fait son grand retour sur une scène Parisienne, au Café de la Danse, pour 2 représentations…


CREDIT / Extraits d’interviews tirés de :
(1) © Regard en Coulisse – (2) © Le Journal du Théâtre 13
(3) © Webtrotteurs – (4) © Forum Profilage